Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Telle une écaille

Publié le par Johann Pouyé

  1. A ceux qui habitent mes veines,
  2. A ceux qui habitent mon esprit,

***

Dans le pays de Bûûmê,

Sur le tertre d'un clan,

Je suis telle une écaille,

Viscéralement liée à sa chair,

Assise aux côtés des autres,

Et je ne marche sur personne.

***

Sous la danse d'un pin Waapwî,

Sur ses racines séculaires,

Je suis telle une écaille,

Sereinement posée à l'ombre,

Disposée près de ses fruits,

Et je n'étouffe aucun d'eux.

***

Sur le sable de la plage Gôrôcââ,

Au creux d'une trace de pas,

Je suis telle une écaille,

Humblement fortifiée de son sel,

Amarrée sur son sillage,

Et je n’empiète sur rien.

Note :

Une manière de dire, en poétisant les choses, comment je me situe fondamentalement dans la cosmogonie kanak, par rapport à deux clans : celui qui tient le souffle de vie et celui qui tient le mât soutenant la voile de mon navire de vie.

​Johann Pouyé.
Grenoble,
Le 24 septembre 2014 ... "Tôtu mâinâ" 

Commenter cet article